Au bistro cet été

Une exposition que j’ai balancé sur les murs cet été.

Bien que celle-ci portait essentiellement sur mon ouvrage à l’encre, j’y ai affiché deux facettes qui s’y confrontait en quelque sorte : le très minutieux aux feutres (essentiellement) et ces nus très jetés à l’encre de Chine.

C’est au Bistro de l’Anse que ça se passait.

Les-fautes_01

…et cette « vieille » peinture était pour en faire la synthèse en quelque sorte.

 

Seul et chauve (symposium)

À l’occasion des journées de la culture qui avaient lieu un peu partout dans la province, se déroulait aussi un symposium à Jonquière au Centre national d’exposition auquel j’ai été sélectionné : deux jours pour créer de A à Z une œuvre inédite sur le thème (cette année) de l’identité.

Plus de trente (jeunes) artistes (de la relève – un terme qui m’énerve) s’y exécutaient en même temps que ma pomme sous le toit du CNE (Centre National d’Exposition).  À mon étonnement, en regardant de plus près dans mes archives, cela faisait alors trois années que je n’avais pas peints de la sorte (que ce soit au pinceau ou à la spatule à vrai dire).  M’étant essentiellement consacré au dessin , après tant de temps, l’exécution de cette toile dans de pareilles conditions et sur un si court laps de temps aura était toute une bouffée d’air.

J’étais arrivé les pieds traînant et avec un certain mal de tête, ayant subi une fois de plus une crise d’insomnie et j’en suis ressorti après un bon dix heures d’ouvrages (entrecoupé de faibles quantités de nourriture ingurgitée, des allées-retours entre les chiottes et des cafés pour seuls pauses) plus fort et avec la vibrante sensation d’être soudainement devenu, pour un temps au moins, une meilleure personne.

La journée suivante je n’ai eu qu’à consacrer la matinée pour ajouter des rehauts à droite et à gauche, je pouvais alors prendre mon temps et j’ai même fini bien en avance vis-à-vis du décompte.

Seul et chauve

 

 

Pour ce qui est du thème, Identité, l’idée s’est vite imposée à moi sans laisser la moindre place au reste : cette illustration tirée de mon recueil (il y a trois ans maintenant) et que je trouvais suffisamment imparfaite pour vouloir la reprendre (au complet) ; l’occasion était trop belle et lui consacrer une toile réalisée à la spatule m’est apparue aussi évident qu’un coup de marteau dirigeait droit vers l’enclume.

 

J’écris beaucoup et c’est rare.  C’est que je me suis laissé prendre au jeu en livrant cette bestiole au réel et j’en ressens encore les pulsations.  Au bout du chemin, le temps me dira bien si je me suis trompé ou non.

 

…durant la création.

 

Quoi de neuf ?

Pas mal de choses et surtout un retard impardonnable à combler (de mémoire, le plus grand que je me sois permis depuis la création et l’entretien de ce blog).   J’ai eu un été bien chargé et une connexion qui ne m’a pas permis d’être aussi fidèle que souhaité.

La saison estivale est chose du passée désormais et mon problème de connexion aussi.  J’en étais donc à la série Télé(fun)phone et là je me permets encore un écart en présentant l’extrait d’une modeste création que j’ai accomplie au tout début de l’été.  J’y suis arrivé cul par dessus-tête à vrai dire.

Couverture-PRÉSENTATION_05

Extraits d’un livret souvenir pour un camp de vacances.  J’ai eu un espace de temps beaucoup trop court pour l’exécuter et d’ailleurs je ne l’ai jamais physiquement vu.

@ bientôt.