Nouveau départ

Il sont désormais en ligne, mon nouveau site Internet, ma page Facebook et ma boutique Etsy a été elle itou retravaillée.  Le but ?  Prendre un autre chemin dans la diffusion, la mise en marché de ma création et y passer à la vitesse supérieur.

Est-ce que cela remet en question l’existence de ce blog ?  Oui.  Dans sa forme et son contenu j’y suis très attaché et ne m’en débarrasserais pas du jour au lendemain, mais jusqu’à quel point me sera-t-il encore utile ?  C’est une question qui se pose.

En attendant, une toile qui est revenue à la maison, je ne pouvais pas la passer sous silence…

Ils tiennent pour certain

 

Mise à jour (Internet)

J’ai donc passé la semaine à remodeler mes outils Internet et à lutter contre un vilain rhume qui m’aura laissé pendant plusieurs jours inactif.  Bien que mes outils soient prêts, mais devant m’absenter bientôt, je vais lancer tout cela la semaine prochaine afin d’être en présence et en plein contrôle de l’événement.

Bref tout est à sa place, je suis en phase atterrissage et j’en profite pour fignoler encore pour une arrivée en beauté.  À très bientôt.

Ballade d’hiver

Mon paysage est achevé.  Je n’ai pas pu m’empêcher de le retravailler, insatisfait la première fois (évidemment).  Certes l’image est un peu tordue, c’est que je me suis battu avec mon nouveau scanner.

Pins (deuxième fois)

 

Voyages divers

Ça part encore un peu dans tous les sens en attendant d’avoir à œuvrer sur un corpus de production qui m’imposerais une constance dans le style.  Fidèle à moi-même je touche à tout, remets vingt fois le travail sur le métier et vérifie constamment le peu que je connais.

On commence avec Apokalupsis que j’ai tenté de reprendre.  Tenté, car les quelques éléments qui me déplaisent sont pour ainsi dire irrécupérables, il faudrait que je recommence à nouveau cette dernière illustration.  Ça ne me surprendrais pas que je le fasse…

Apokalupsis (parachevée)

 

« Vérification du peu que je connais », comme j’écrivais plus haut.  Sans en aimer le contenu et la mise et couleur, je suis cependant très admiratif et respectueux du travail des comic artists américains (essentiellement) qui, pour plusieurs d’entre eux, sont des maîtres de l’anatomie et de la perspective.  Soucieux de toujours aller chercher quelque chose de pertinent quelque part et l’intégrer, je m’y mets moi itou.  Je suis donc aller voir du coté de how to draw comics et de Robert Marzullo.

Bien que je me sois glissé dans leurs mains respectives, cela reste des études bien imparfaites et c’est toujours un peu risqué pour l’orgueil de dévoiler ce genre d’exercices.

 

Pour finir, je suis encore sur un concours.  On y demande quelque chose de réaliste au pastel.  J’ai choisi d’élaborer un paysage… mais je me suis laissé prendre par le médium et le plaisir dans la réalisation alors ça part encore vers un truc surréaliste à la Guillot.

Aujourd’hui,   l’élaboration du truc surréaliste.

Lorsqu’il s’agit d’afficher l’évolution d’une oeuvre en cours c’est avec mon appareil-photos que cela se passe et c’est toujours un peu à l’arrache, avec les conditions météorologiques et d’éclairages du moment, ce qui explique les différences de teintes.

Merci d’être arrivé jusqu’au bout et d’avoir pris le temps de lire.