Tenir le cap

Je me répète je crois et je m’en excuse.  Moins de matériel, car je suis encore dans une de ces périodes où la vraie vie me rattrape et qu’il me faut jongler avec tandis que je tente d’assurer un rythme de production constant.

J’ai été dans l’obligation de laisser de côté ce (très) potentiel projet de bande-dessinée.  Pas grand chose de nouveau à vrai dire, je vous laisse sur un (très) modeste dessin (toujours en lien avec le groupe Facebook Inkweek).

1 gig expérimentale

Gig de jazz expérimentale d’où je reviens après un tête à queue et une tempête de neige.  Le dessin d’imagination que je priorise cette année ne m’empêche pas d’avoir toujours sous la main mon carnet.  C’était au CEM à Chicoutimi que l’événement avait lieu.

2 croquis et 1 (potentielle) commande

Pas grand chose d’autres à ajouter que le titre à vrai dire.  L’un de ces croquis deviendra ensuite une sculpture en bois… bien sûr il faudra que le dessin soit plus achevé avant.  @bientôt.

D’observation

En train de travailler sur des sujets que je ne peux pas encore montrer, en attendant, j’ai bien quelques dessins d’observation à présenter.  @bientôt.

..au téléphone

Toujours derrière la table de dessin, l’écran et le clavier.  Fidèlement en compagnie de notre alcoolique préférée, le thème de la semaine prochaine : téléphone.  Je manquais d’idées et puis le thème peur, quand je m’étais inspiré du film Psycho, m’avait particulièrement amusé à réaliser.  J’ai donc renouvelé l’expérience (en piochant dans Matrix).  Certes le dessin me plaît bien dans sa facture, mais je ne suis pas certain que l’effet comique soit au rendez-vous.  Reste à voir si je vais avoir l’envie de refaire cette illustration.

…et puis un peu de nouveau sur ma chaîne Youtube.

 

1 pouceuse et son camion

En compagnie de mon nouveau personnage, c’est ma résolution, je n’en démords pas : du dessin d’imagination et je le fais avec un fil conducteur.  Le prochain Inkweek : glace.  Je ne l’ai pas pris au pied de la lettre, j’ai pris glace comme froid et me suis inspiré d’une expérience de pouce (auto-stop) que j’ai vécu dans les Rocheuses, mais en y plaçant notre joyeuse alcoolique (sans bière cette semaine).

 

…en attendant une petite commande que j’ai achevée pour les éditions Altitude, le portrait de son fondateur : Adrien Abauzit.