Archives du mot-clé Encre de Chine

Inktober et cie

Fini pour le mois d’Octobre, c’est passé tellement vite.  Je l’ai partagé entre mes obligations extra-artistiques, Inktober et suis revenu momentanément au Centre National d’Exposition compléter mes archives.  Aussi, quelques croquis pour deux commandes qui s’en viennent.

Commençons avec  Inktober qui s’achève lui aussi aujourd’hui.  D’ailleurs, comme l’an passé je lui ai réservé une page

 

…quant au CNE.

 

…les commandes.  J’y reviendrai.

 

 

Procès de solitude

Certes, aurai-je traversé un été magnifique, mais voilà trois mois pile que je n’ai rien publié ici et il faut reconnaître que, si je me suis fait de belles injections de vie, mon rythme de production en a prit un coup (pas mon rythme de vie par contre).  Il y a que, vivant en milieu rural éloigné, la force des choses m’impose  beaucoup d’éloignement de mon lieu de vie habituel pour trouver de quoi croûter (les rentes de ma production artistique ne suffisant toujours pas).  C’est là quelque chose que j’apprécie au plus au point c’est on ne peut plus nourrissant : sédentaire à partir de l’automne et puis courant l’aventure durant l’été.

Entre temps, une commande sur laquelle je travaille.

 

Deux expositions, une au Café du quai et l’autre au Bistro de l’Anse.  C’est devenu rituel, si ce n’était pas là ce serait ailleurs.  J’oscille toujours entre désespoir et fierté, l’impression de sentir ma production ainsi sur les murs prendre la poussière et l’indifférence et l’assurance en moi d’une force qui m’empêche d’arrêter.  Des expositions et les vernissages se suivent, il me semble assister davantage à des procès de solitude.  Comme je dis toujours : si je n’en avais pas autant besoin, ça ferait longtemps que j’aurais jeté l’éponge.

 

Pour finir, un salon chapeauté par Etsy qui s’était tenu à Jonquière.  Certes des ventes, mais à peine pour rentrer dans mes dépenses (la location de l’espace et les dépenses afférentes), mais quelque belles rencontres, une (très) brève entrevue, des commandes potentielles et une prise de notes scrupuleuse des choses à améliorer.  Une fois encore j’oscille entre désespoir et fierté… pour les mêmes raisons, mais comme je me déteste quand je baisse les bras, je vais continuer.

Entre potager, expédition et écorce…

Encore beaucoup d’exercices ces derniers temps.  Les idées ne manquent pas, c’est le temps qui me fait défaut.  Ainsi, ne pouvant me consacrer à la création de matériel original, c’est vers le dessin d’observation et ayant toujours de quoi lire et dessiner sous la main, avant de poursuivre ma lecture , c’est d’abord au dessin que je me consacre.  Enfin bref, j’étais dernièrement loin de chez-moi, j’en ai rapporté quelques témoignages…

 

…et pour finir, un concours auquel j’avais participé il y a un bon  moment déjà, mais dont j’ai enfin reçu la certification officielle de ma reconnaissance à la Grande compétition d’œuvres d’art avec jury (troisième édition) : coup de cœur des dirigeants de Césure.

En retard ?

J’avais déjà écrit que mes publications seraient bi-mensuelles désormais, toutefois j’ai manqué à ma promesse ce mois-ci… et je sens que je vais encore déraper prochainement.

Être seul aux commandes à l’immense avantage de faire avancer les choses sans avoir constamment à demander l’avis aux autres et ainsi de pouvoir régler la vitesse à sa convenance.  En revanche j’ai bien des dossiers ouverts en même temps et si le défi de les gérer tous est intéressant, c’est beaucoup de poids sur mes épaules (évidemment).  Bref, d’autres obligations extérieures à ma création artistique m’appellent et je dois y subvenir.

Voici pour le mois d’Avril coté écorces.  Une goélette et un portrait (à l’occasion d’un concours que j’ai organisé avec le printemps qui arrivait par le biais de Vague de concours)

 

…et quelques nus bien-sûr.

 

 

Faire des barbouillages et des vagues

J’aurai achevé deux commandes ce mois-ci et suis en train de travailler sur une troisième.  Entre temps, j’ai tenté de participer au 23HBD (marathon de 23 heures où l’on est tenu de produire une bande-dessinée de 24 planches), du nouveau dans ma boutique Etsy et  j’ai lancé un concours via la Vague de concours  (c’est jusqu’au 02 Avril et je fais tiré un portrait personnalisé sur écorce).

 

 

 

 

Un congé, des commandes et une fripouille

Un mois de Mars intéressant à vrai dire.  Une commande sur laquelle je travaille et puis une autre qui va suivre tout de suite après.  Tout cela a été précédé d’un bref congé où j’aurais bien sorti quelques nus.

Fidèle à ma résolution de créer des vidéos pour présenter ma production, j’ai du nouveau qui arrive, mais en attendant

Je suis aussi en train de faire une certaine remise à jour de mon recueil, en rendant le contenu présentable dans ma boutique Etsy.  @bientôt.

 

 

Fin-Février…

Le mois est passé très vite… sans doute parce qu’en Février il y a moins de jours que les autres.  Demain c’est mon anniversaire, je me permet un petit congé et je devance de 24 heures le moment de publication (bi-mensuel) de mes activités en ce blog.

Trêve de justifications.  Ayant achevé le principal d’aménagement et de bricolages dans mon atelier et ayant eu à me faire opérer, si j’ai produit, c’est essentiellement sur format miniature n’ayant pas le temps et toute la concentration nécessaire pour quelque chose de plus exigeant.  Toujours est-il que ma boutique Etsy c’est bien remplie et que j’en ai à elle itou améliorée l’aménagement.

Un mois de « bouleversements » peut-être parce que c’est celui de mon anniversaire et que, même inconsciemment, je veux que tout soit bouclé, bref, il n’y a pas eu que mon atelier et ma pomme qui ont connus une remise à l’ordre.  J’avais déjà écrit à propos du fait que j’allais aller vers d’autres façon de me diffuser et il était grand temps que je me lance dans la vidéo.  C’est chose faite, ça s’appelle L’atelier – Fac et spera et c’est ma chaîne YouTube.

Plus grand chose à ajouter je crois… si, peut-être, une enseigne que j’avais réalisée pour le cinquième anniversaire de La Machine.  J’avais complètement oublié de la présenter, des améliorations à faire dessus, mais je me laisse encore le temps.

…nous nous retrouverons le mois prochain.