Archives du mot-clé Esquisse

Inktober et cie

Fini pour le mois d’Octobre, c’est passé tellement vite.  Je l’ai partagé entre mes obligations extra-artistiques, Inktober et suis revenu momentanément au Centre National d’Exposition compléter mes archives.  Aussi, quelques croquis pour deux commandes qui s’en viennent.

Commençons avec  Inktober qui s’achève lui aussi aujourd’hui.  D’ailleurs, comme l’an passé je lui ai réservé une page

 

…quant au CNE.

 

…les commandes.  J’y reviendrai.

 

 

Faire des barbouillages et des vagues

J’aurai achevé deux commandes ce mois-ci et suis en train de travailler sur une troisième.  Entre temps, j’ai tenté de participer au 23HBD (marathon de 23 heures où l’on est tenu de produire une bande-dessinée de 24 planches), du nouveau dans ma boutique Etsy et  j’ai lancé un concours via la Vague de concours  (c’est jusqu’au 02 Avril et je fais tiré un portrait personnalisé sur écorce).

 

 

 

 

Nous voici encore seuls

À vrai dire, on est toujours plus sincère quand on écrit la plume à la main, c’est pourtant avec une certaine émotion que je tape ces mots… aujourd’hui c’est mon douzième anniversaire de vocation.  Ce que je peux traduire aussi par pratique artistique sérieuse, mais que je refuse d’appeler carrière, y mettant néanmoins le sérieux d’un métier.

Que dire ? Douze ans que je me décharge sur toile, papier et à l’écrit ce dont je me sens remplie… beaucoup de chemin parcourue ?  Sans doute, mais par effort d’humilité (…parce qu’il en faut) je n’ose être catégorique.  Un certain nombre de conneries aussi, au moins serai-je rester fidèle à moi-même.  Je vais me souhaiter au moins douze autres années supplémentaires sans changer de rythme jamais.  Promis.  À ceux qui ont lu jusqu’au bout, merci d’être (encore) là.

Céline (esquisse)

…une idée que je garde précieusement pour un portrait plus achevé.

 

…beaucoup de mises à jour à faire ces temps-ci, je trouve bien sûr le temps de produire.

Vingt fois sur le métier

Comme je ne suis jamais bien loin d’Illustration Québec et que je me tiens autant que faire se peut à l’affût de ce qui se passe autour de moi, j’ai donc choisi de participer à ce concours d’affiches que cette association dont je suis membre proposait.  Nous avions droit à deux illustrations et j’ai pour ma part planché sur trois idées (dont une variante pour l’une d’entre elles).

Je ne veux pas me porter la poisse à moi-même en écrivant cela, il est vrai toutefois que je me fais plus souvent dire non qu’autre chose, alors je tenais à avoir en moi-même l’assurance d’être allé jusqu’au bout de mes idées et de ce que je connais avant de remettre mon ouvrage.  L’intérêt pour moi et par dessus tout étant de faire en sorte de laisser quelque chose qui va traverser le temps.

Le thème était la conservation de la biodiversité.

Affiche (IQ 2016 - 1ère idée)

Affiche (IQ 2016 - 2ème idée)

Affiche (IQ 2016 - 3ème idée)

 

Cargaison de croquis (deuxième livraison)

Je ne suis pas seulement en train de revenir dans mes vieux carnets de croquis.  C’est qu’en ce moment, mon temps est partagé entre entre le potager et un énième concours d’illustration avec Illustration Québec et donc moins pour publier du nouveau matériel.

Qu’en même, fidèle à mon rythme de production, en voici un petit qui préfigure grosso merdo ce sur quoi je suis en train de plancher.

 

Printemps (esquisse)

Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus

Comme j’en prends du retard.  Les barbots s’accumulent dans mes archives, mais 24 heures ne suffisent pas et si je n’ai pas pour habitude me prononcer sur l’actualité comme sur quoi que ce soit d’autres que ma création, les évènements de Paris ne m’auront pas laissés indifférent moi non plus.  J’ai passé bien du temps à fouiller sur Internet, on s’en doute.

La section nus est bien morte cette année.  Un petit coup de pouce cependant, une série d’études basées sur le mouvement par la danse.  Quelques autres à venir bientôt.

Télé(fun)phone rouge (attendre – 3)

De retour à ces croquis que j’ai commis autour d’une exposition concernant ce bar un peu alternatif et qui n’est plus.