Archives du mot-clé Exposition

My relaxing is my job

À la mi-Novembre nous sommes et les choses avancent… et n’avancent pas à la fois.  Si l’inspiration, la verve, le goût d’aller de l’avant et évidemment, le besoin viscéral d’exprimer quelque chose sont toujours au rendez-vous, je note en réalité qu’il y a une régression coté ventes et commandes par rapport à l’an passé.

Demain, un énième marché (de Noël), c’est au village que ça se passe et c’est en traînant les pieds que je sens que je vais y aller… habituellement, je préserve le blog de ce genre d’épanchement, mais voilà que les choses risque de changer (à nouveau) : je songe, pour la première fois de ma vie, très sérieusement à mettre en hiatus ma vocation d’artiste, voir même de l’abandonner.

Ce n’est pas un autre (bientôt) 13 ans de pratique acharnée avant d’atteindre pleinement ce que je mérite qui m’effraie, mais plutôt le poids ce que cela représente et la densité de ce qui s’est accumulée (et va continuer à…) qui pèse déjà sur mes épaules et qui me questionne à savoir si je continue ou non.  Tout simplement, cette pratique artistique qui me draine, je le reconnais, me coûte vraiment beaucoup plus qu’elle ne me rapporte et ce, à tous les niveaux.

Même au regard de tout que cette vocation représente de temps, d’argent, de matériel, de savoir-faire et de sacrifices parfois déchirants afin de pouvoir y poursuivre ma pratique, l’idée et l’envie de commencer une autre vie s’impose de plus en plus.

Je ne sais trop, si je sais ce que je veux pour la suite (advenant le cas où je mettrais bel et bien cette vocation de coté d’une façon ou d’une autre), je n’en connais pas encore la forme (mais je cherche activement).  Mes considérations sont de l’ordre du lâcher-prise en fait et par expérience, c’est toujours ainsi que les choses les plus adaptées pour soi arrivent.

@suivre…

Pour en revenir à des choses plus concrètes : j’ai donné naissance à un compte Instagram, deux commandes, le départ vers un nouveau type de production pour mes écorces et une nouvelle exposition, au Cambio à Chicoutimi cette fois…

 

 

….les écorces.

 

…et puis l’exposition

Procès de solitude

Certes, aurai-je traversé un été magnifique, mais voilà trois mois pile que je n’ai rien publié ici et il faut reconnaître que, si je me suis fait de belles injections de vie, mon rythme de production en a prit un coup (pas mon rythme de vie par contre).  Il y a que, vivant en milieu rural éloigné, la force des choses m’impose  beaucoup d’éloignement de mon lieu de vie habituel pour trouver de quoi croûter (les rentes de ma production artistique ne suffisant toujours pas).  C’est là quelque chose que j’apprécie au plus au point c’est on ne peut plus nourrissant : sédentaire à partir de l’automne et puis courant l’aventure durant l’été.

Entre temps, une commande sur laquelle je travaille.

 

Deux expositions, une au Café du quai et l’autre au Bistro de l’Anse.  C’est devenu rituel, si ce n’était pas là ce serait ailleurs.  J’oscille toujours entre désespoir et fierté, l’impression de sentir ma production ainsi sur les murs prendre la poussière et l’indifférence et l’assurance en moi d’une force qui m’empêche d’arrêter.  Des expositions et les vernissages se suivent, il me semble assister davantage à des procès de solitude.  Comme je dis toujours : si je n’en avais pas autant besoin, ça ferait longtemps que j’aurais jeté l’éponge.

 

Pour finir, un salon chapeauté par Etsy qui s’était tenu à Jonquière.  Certes des ventes, mais à peine pour rentrer dans mes dépenses (la location de l’espace et les dépenses afférentes), mais quelque belles rencontres, une (très) brève entrevue, des commandes potentielles et une prise de notes scrupuleuse des choses à améliorer.  Une fois encore j’oscille entre désespoir et fierté… pour les mêmes raisons, mais comme je me déteste quand je baisse les bras, je vais continuer.

Au bistro

Mes obligations pécuniaires m’obligent plus souvent qu’autrement à être loin de chez moi et c’est pourquoi j’ai passé un bon trois semaines sans nouvelles publications aucunes.  La semaine prochaine s’annonçant plus tranquille, j’ai bien l’intention de palier au manque.

En attendant, une nouvelle exposition (solo) au Bistro de l’Anse.  J’y avais déjà accroché de mes œuvres l’an passé, je reproduis l’expérience cet année.  Allé, c’est quand même un de mes endroits préférés où j’ai déjà pu exposer.  Jusqu’au 12 Août.

 

…si vous êtes encore là, je me suis permis un petit explicatif à propos de cette exposition (solo) commise :

Deuxième exposition (solo) de mon cru au Bistro de l’Anse. Sans proposer une thématique ou un message en particulier, je suis avant tout demeuré aussi fidèle à moi-même que possible en abordant les thèmes qui me sont chers et qui jonchent mon oeuvre dans son ensemble ainsi que mon parcours : le temps, l’absence, le vide, la mort, la transcendance, la féminité et l’enfance. Certes, non pas dans cette ordre-là, ni de manière exhaustive et d’ailleurs, j’ai aussi à cœur de proposer une exposition qui est davantage un itinéraire qui se créé selon le bon vouloir du spectateur entre les différentes œuvres (peintes ou dessinées) que la variation d’un même propos d’une toile à l’autre. D’où la diversification des médiums et des sujets, la diversité (bien comprise) étant un des grands mouvement de la vie, en tant que créateur, il m’importe d’y rester fidèle aussi. De plus, soucieux d’avoir l’assurance que ma création souffre correctement le passage du temps, il y a dans cette exposition du matériel datant de 2006 jusqu’à aujourd’hui.  

 

Mises à jour

Seulement quelques mises à jour cette semaine du coté des événements qui ont marqués les trois dernières années ainsi que parmi mes illustrations.

Du nouveau matériel ?  Bien sûr.  Mais je préfère l’avoir bien compilé avant de le présenter histoire d’avoir moins de doute quand je le présente.

Une rétrospective

Encore quelques heures avant que le calendrier 2015 ne s’achève.  Au moment où je tape ces mots nous sommes en matinée et j’ai du reste du mal à en trouver d’autres pour qualifier correctement 2015.  Rien à foutre, je continue sur le même rythme.  Promis.

Production, diffusion, cependant moins pour le blog.  Je vais tâcher pour 2016 de me défaire de ce que j’avais pour habitude de publier au quotidien (modèle de fonctionnement qui m’était pourtant resté dans le crâne en 2015), mais devenir hebdomadaire ou bis-mensuel.  Reste à voir.

Je n’ai donc surtout pas envie de ralentir, je crains quand même que pour l’an de crasse 2016 mes autres obligations qui me passionnent presque autant que la création artistique ne prennent un peu plus le dessus et que je me vois contraint de céder du terrain.  2014 et 2015 auront été marquées par ce défi de concilier « vraie vie » et barbots ce qui ne s’est pas fait sans heurts.  Comment vais-je y parvenir en 2016 ?  Je vais me souhaiter d’en sortir la tête haute.

Alors, une bonne année ?  Il n’en tient qu’à moi.  On fonce.

Au bistro cet été

Une exposition que j’ai balancé sur les murs cet été.

Bien que celle-ci portait essentiellement sur mon ouvrage à l’encre, j’y ai affiché deux facettes qui s’y confrontait en quelque sorte : le très minutieux aux feutres (essentiellement) et ces nus très jetés à l’encre de Chine.

C’est au Bistro de l’Anse que ça se passait.

Les-fautes_01

…et cette « vieille » peinture était pour en faire la synthèse en quelque sorte.

 

Vernissage

Premier vernissage de l’année et toujours pas ma tasse de thé.  Enfin, en voici quelques photographies, il s’agissait encore de cette exposition (collective) portant sur les sept péchés capitaux à l’occasion du trentième anniversaire d’Illustration Québec dont je suis membre (j’affiche également l’illustration accomplie pour l’occasion).

L’exposition a encore lieu jusqu’au 16 Février à la maison de la culture Mont-Royal située au 465 Du Mont-Royal Ave Est (Montréal).

Illustration pour une exposition collective (30ème anniversaire d'Illustration Québec)

Illustration pour une exposition collective (30ème anniversaire d’Illustration Québec)