..au téléphone

Toujours derrière la table de dessin, l’écran et le clavier.  Fidèlement en compagnie de notre alcoolique préférée, le thème de la semaine prochaine : téléphone.  Je manquais d’idées et puis le thème peur, quand je m’étais inspiré du film Psycho, m’avait particulièrement amusé à réaliser.  J’ai donc renouvelé l’expérience (en piochant dans Matrix).  Certes le dessin me plaît bien dans sa facture, mais je ne suis pas certain que l’effet comique soit au rendez-vous.  Reste à voir si je vais avoir l’envie de refaire cette illustration.

…et puis un peu de nouveau sur ma chaîne Youtube.

 

1 pouceuse et son camion

En compagnie de mon nouveau personnage, c’est ma résolution, je n’en démords pas : du dessin d’imagination et je le fais avec un fil conducteur.  Le prochain Inkweek : glace.  Je ne l’ai pas pris au pied de la lettre, j’ai pris glace comme froid et me suis inspiré d’une expérience de pouce (auto-stop) que j’ai vécu dans les Rocheuses, mais en y plaçant notre joyeuse alcoolique (sans bière cette semaine).

 

…en attendant une petite commande que j’ai achevée pour les éditions Altitude, le portrait de son fondateur : Adrien Abauzit.

21 jours de perform’Anse

Difficile pour moi de retrouver ma contenance actuellement et de retrouver mon rythme de travail.  C’est que je me suis lancé dans une Perform’Anse de l’homme-oui : je dis oui à tout pendant encore 21 jours (depuis le 1er jusqu’au 28 Février inclus)… et j’ai donc dis oui à la demande d’une amie de me faire couper les cheveux.  Pourquoi ?

Prenez-le au pied de la lettre, je tente une expérience humaine en ce mois de Février : je dis oui à tout (sauf prêter de l’argent). Le 28 Février, c’est mon anniversaire et j’ai voulu inverser les rôles cette année : plutôt que de recevoir de potentiels vœux de tout le monde pendant une journée, j’offre un potentiel oui tous les jours à tout le monde.

Enfin bref, ne vous gênez pas pour passer le mot et partager l’événement (Facebook) jusqu’aux confins de l’univers.

…en attendant, je travaille toujours sur mon nouveau personnage fidèle à cette résolution 2018: du dessin d’imagination.  Le prochain Inkweek : peur.  Puisque tout cela va éventuellement devenir une bande-dessinée, j’avais l’intention de passer à l’étape supérieur et de composer un épisode.  Lundi dernier, au réveil, l’idée s’est imposée à moi : Pyschose ; d’où le titre de cet épisode : Alcoolychose.

 

1 bière et sa buveuse

De la flûte à bière (correctement vidée ou correctement jouée ?) cette semaine, le résultat final (que je supporte encore mal de montrer dans ce blog) sera demain dans le groupe Inkweek.  En attendant, les dernières étapes du processus de création et d’accouchement (pas douloureux du tout) que j’explique entre autres dans ma chaîne.  @bientôt.

 

1 buveuse et sa bière

Toujours en compagnie de notre chère alcoolique, festive et musicienne à souhait.  Fidèle à ma résolution et mes publications dans le groupe Facebook Inkweek, le thème sur lequel je travaille cette semaine est Musique.  Bref, fidèle à elle-même, j’ai décidé de la faire souffler dans sa bouteille.  Reste à voir si le dessin sera à la hauteur et la musique pas trop cacophonique.

 

1 bière en train d’être vidée… et 20 sur le billard

Nouvelle scène de leurs aventures.  Toujours dans l’optique de faire mieux, chaque semaine je complexifie les apparitions de mon personnage phare variant les approches bien sûr, mais aussi renouvelant ainsi tout le plaisir que j’ai d’explorer ce filon.

Aussi, je tente de redevenir constant sur ma chaîne YouTube, L’atelier.  Bref, une nouvelle vidéo que j’ai publiée pour expliquer mon processus.

 

20 bières sur le billard… et 1 en train d’être vidée

Et ça continue dans l’alcool et le bonheur.  Aujourd’hui notre alcoolique(sse – au féminin) préf est à demeure passant du bon temps en compagnie de son foutoir.  Bref, quant à ce groupe Inkweek dans lequel je publie hebdomadairement, le thème sera château la semaine prochaine.

Au départ, je voulais lui faire faire un château de bouteilles vides et puis ça a fini sur une table de billard.  Va savoir, on voit toujours autant mes lacunes (j’ai l’impression d’être le Gene Simmons du dessin)… mais ostie que j’m’amuse !