Inktober

C’était encore un tours d’Inktober le mois passé, je l’ai surtout passé dans Instagram.  En fait, cette année, j’ai choisie de ne pas me fier aussi strictement que les deux précédentes à la liste officielle, mais plutôt d’y aller avec des portraits.

Sans que je comprenne très bien moi-même, j’ai un attrait particulier pour les portraits et en attendant que la réponse n’arrive, c’est encore dans cette direction que je me lance.  Enfin bref, des portraits d’humoristes à ma manière et qui sait, peut-être une façon d’injecter une dose de légèreté dans ma production.

 

Post mortem et récidive (procès de solitude – 2018)

Pour des raisons de « vraie vie », je n’ai pas encore accumulé suffisamment d’œuvres dans ma production cette année pour proposer assez d’inédits dans mes récentes expositions, ce qui est un de mes points d’honneur pourtant.

Deux expositions en parallèle en ce moment, l’une à la bibliothèque municipale de Chicoutimi et l’autre, rituellement, au Bistro de L’Anse.  Dans le cas de la seconde, c’est la quatrième année consécutive que je m’y commets et ce bistrot reste encore mon lieu préféré pour ce faire.  Aussi, et parce que le contexte cette année s’y prêtait bien et comme cela faisait longtemps que je souhaitais réaliser une archive bien à ma façon d’une de mes expositions (en collaboration avec le vidéaste et ami Yannick Limary), je me suis lancé dans le truc… et j’en suis, humblement, très fier.  Une vidéo d’un petit trois minutes avec pour fond sonore Chums…  Vraiment, il va falloir que je me surpasse pour présenter de meilleure façon mes prochaines expositions.

Encore un gros merci à Mononc’ Serge qui a bien voulu me prêter sa superbe chanson… et même Les Pic-Bois qui font une brève apparition dans mes cadres (…et Julien Bernatchez itou).

 

1ère de Réactions Créatives (suite)

Rien de tout le mois de Mai, est-ce que je vais me rattraper ?  Comme à mon habitude, je ne fais pas de promesses, je vais faire de mon mieux tout simplement.  D’ailleurs, je n’ai rien qu’une illustration à présenter et je reconnais, par effort d’intégrité, que je n’ai même pas pris de photos de l’événements.  @bientôt.

 

35ème de Tadoussac… un peu plus propre (suite)

L’idée a été bel et bien choisie et c’est à mon tours d’aller au propre.  Ça se passe à l’échelle, comme d’habitude tout est découpé et assemblé ensuite dans Photoshop (à partir de mon carnet).  Ce n’était pas ma décision première, car je voulais tout réaliser à même le support final (un papier bristol de 11 X 17 pouces).  Pour des raisons d’assurance qualité et parce que j’ai eu à faire beaucoup d’allers-retours (virtuels) entre mon atelier et l’équipe du festival, je suis revenu sur cette décision.

 

C’était hier, a District Saint-Joseph à Québec, la conférence de presse du festival à laquelle j’avais été invité.  La météo n’était pas en ma faveur, mais j’ai assumé et même fait une entorse à l’un de mes principes : ne pas montrer mon visage.   Enfin, comment dire non à une collaboration aussi fructueuse ?

 

35ème de Tadoussac… un peu plus propre

L’étape suivante les vignettes et les croquis, une fois que l’idée a été choisie étant de passer à la maquette.  En fait, une version plus petite, mais respectant le format final bien sûr, grâce à laquelle j’ai pu échanger avec l’équipe du festival afin d’en arriver à la version finale la plus satisfaisante possible.  Je reconnais que je n’ai toujours pas mis ma chaîne Youtube à jour, mais les vidéos où je m’explique de vive voix sont sur ma page.  @bientôt.