Archives du mot-clé Nus

Solstice

Récapitulatif bi-mensuel de mon travail, je suis légèrement en avance, mais c’est que je vais devoir m’absenter.  Soit.

…une soirée portes ouvertes avec La Machine, mes colocs d’atelier ; une exposition collective dans l’église du village ; un musée à Jonquière qui m’a contacté pour un partenariat afin d’y vendre des originaux sur écorces et des reproductions imprimées (prints) ;  le portrait d’une amie ; mes sempiternels exercices et nus.

Ma foi, je n’ai pas eu le temps de le voir passer, je dois bien reconnaître que ce fut un mois de Juin fructueux (sans compter mon escapade sur d’autres terres et une autre qui m’attend pas plus tard que demain) et c’est maintenant que je le réalise en proposant ce bref bilan (dont j’ai une certaine fierté).

 

 

 

 

En retard ?

J’avais déjà écrit que mes publications seraient bi-mensuelles désormais, toutefois j’ai manqué à ma promesse ce mois-ci… et je sens que je vais encore déraper prochainement.

Être seul aux commandes à l’immense avantage de faire avancer les choses sans avoir constamment à demander l’avis aux autres et ainsi de pouvoir régler la vitesse à sa convenance.  En revanche j’ai bien des dossiers ouverts en même temps et si le défi de les gérer tous est intéressant, c’est beaucoup de poids sur mes épaules (évidemment).  Bref, d’autres obligations extérieures à ma création artistique m’appellent et je dois y subvenir.

Voici pour le mois d’Avril coté écorces.  Une goélette et un portrait (à l’occasion d’un concours que j’ai organisé avec le printemps qui arrivait par le biais de Vague de concours)

 

…et quelques nus bien-sûr.

 

 

Un congé, des commandes et une fripouille

Un mois de Mars intéressant à vrai dire.  Une commande sur laquelle je travaille et puis une autre qui va suivre tout de suite après.  Tout cela a été précédé d’un bref congé où j’aurais bien sorti quelques nus.

Fidèle à ma résolution de créer des vidéos pour présenter ma production, j’ai du nouveau qui arrive, mais en attendant

Je suis aussi en train de faire une certaine remise à jour de mon recueil, en rendant le contenu présentable dans ma boutique Etsy.  @bientôt.

 

 

Une rétrospective

Je dois reconnaître que je suis fier de cette année 2016 qui achève déjà aujourd’hui.  Non seulement n’aurai-je pas vu le temps passer, mais j’ai en effet réalisé la majorité des résolutions et objectifs que je m’étais fixés autant au niveau artistique que personnel.

Loin d’être parfaits, il va s’en dire, j’ai vu une amélioration remarquable dans mes ventes, trouvé un filon valable pour se faire tout en parvenant à voir du pays, bref à jongler avec la vraie vie et ma création.  L’année aura été également marquée , pour la première fois de ma vie, par l’occupation d’un atelier (en compagnie de La Machine,  et quel honneur !), moi qui n’avais connu jusqu’à présent que des coins de tables de cuisine et des bureaux ramassés sur le chemin.

J’ai fêté ma douzième année de vocation dernièrement et j’ai aussi tenu une de mes promesses : seul aux commandes, ne pas changer de rythme.  Bien sûr, et j’y mettais un point d’honneur itou, avant de taper ces mots, je tenais à vous présenter du concret et j’ai donc préparé plusieurs mises à jour.

Les principes de rétrospectives, de bilans et de résolutions me tenant à cœur j’y ai donc dédié une page ; mon site Internet a été rafraîchi ; il y a aussi une boutique Etsy que j’avais ouverte il y a deux ans et que je n’entretenais plus, j’y suis retourné en force ; parlant de filon, j’ai fait la compilation d’une production sur laquelle je suis ces temps-ci de peintures sur feuilles d’écorce ; ma page Facebook sur laquelle je suis très actif.

Une bonne année 2017 ?  Il n’en tient qu’à moi… ce qui ne m’empêche pas de vous la souhaiter magnifique (…enfin, si vous avez lu jusqu’au bout).

 

 

Vingt fois sur le métier

Comme je ne suis jamais bien loin d’Illustration Québec et que je me tiens autant que faire se peut à l’affût de ce qui se passe autour de moi, j’ai donc choisi de participer à ce concours d’affiches que cette association dont je suis membre proposait.  Nous avions droit à deux illustrations et j’ai pour ma part planché sur trois idées (dont une variante pour l’une d’entre elles).

Je ne veux pas me porter la poisse à moi-même en écrivant cela, il est vrai toutefois que je me fais plus souvent dire non qu’autre chose, alors je tenais à avoir en moi-même l’assurance d’être allé jusqu’au bout de mes idées et de ce que je connais avant de remettre mon ouvrage.  L’intérêt pour moi et par dessus tout étant de faire en sorte de laisser quelque chose qui va traverser le temps.

Le thème était la conservation de la biodiversité.

Affiche (IQ 2016 - 1ère idée)

Affiche (IQ 2016 - 2ème idée)

Affiche (IQ 2016 - 3ème idée)

 

Encore du parachevé

J’avais déjà écrit à propos de Fac et spera (agis et espère) cette devise en latin qui m’avait tant fait vibré chez-moi.  J’ai donc repris à ma main la fameuse illustration de Félix Bracquemond.

Enfin et une fois de plus, j’ai travaillé à nouveau cette illustration, Animapokalupsis.   La paupière inférieure me déplaisait.

Fac-et-spera_COULEUR_02

 

Apokalupsis_04

 

Voyages divers

Ça part encore un peu dans tous les sens en attendant d’avoir à œuvrer sur un corpus de production qui m’imposerais une constance dans le style.  Fidèle à moi-même je touche à tout, remets vingt fois le travail sur le métier et vérifie constamment le peu que je connais.

On commence avec Apokalupsis que j’ai tenté de reprendre.  Tenté, car les quelques éléments qui me déplaisent sont pour ainsi dire irrécupérables, il faudrait que je recommence à nouveau cette dernière illustration.  Ça ne me surprendrais pas que je le fasse…

Apokalupsis (parachevée)

 

« Vérification du peu que je connais », comme j’écrivais plus haut.  Sans en aimer le contenu et la mise et couleur, je suis cependant très admiratif et respectueux du travail des comic artists américains (essentiellement) qui, pour plusieurs d’entre eux, sont des maîtres de l’anatomie et de la perspective.  Soucieux de toujours aller chercher quelque chose de pertinent quelque part et l’intégrer, je m’y mets moi itou.  Je suis donc aller voir du coté de how to draw comics et de Robert Marzullo.

Bien que je me sois glissé dans leurs mains respectives, cela reste des études bien imparfaites et c’est toujours un peu risqué pour l’orgueil de dévoiler ce genre d’exercices.

 

Pour finir, je suis encore sur un concours.  On y demande quelque chose de réaliste au pastel.  J’ai choisi d’élaborer un paysage… mais je me suis laissé prendre par le médium et le plaisir dans la réalisation alors ça part encore vers un truc surréaliste à la Guillot.

Aujourd’hui,   l’élaboration du truc surréaliste.

Lorsqu’il s’agit d’afficher l’évolution d’une oeuvre en cours c’est avec mon appareil-photos que cela se passe et c’est toujours un peu à l’arrache, avec les conditions météorologiques et d’éclairages du moment, ce qui explique les différences de teintes.

Merci d’être arrivé jusqu’au bout et d’avoir pris le temps de lire.