Inktober

C’était encore un tours d’Inktober le mois passé, je l’ai surtout passé dans Instagram.  En fait, cette année, j’ai choisie de ne pas me fier aussi strictement que les deux précédentes à la liste officielle, mais plutôt d’y aller avec des portraits.

Sans que je comprenne très bien moi-même, j’ai un attrait particulier pour les portraits et en attendant que la réponse n’arrive, c’est encore dans cette direction que je me lance.  Enfin bref, des portraits d’humoristes à ma manière et qui sait, peut-être une façon d’injecter une dose de légèreté dans ma production.

 

Post mortem et récidive (procès de solitude – 2018)

Pour des raisons de « vraie vie », je n’ai pas encore accumulé suffisamment d’œuvres dans ma production cette année pour proposer assez d’inédits dans mes récentes expositions, ce qui est un de mes points d’honneur pourtant.

Deux expositions en parallèle en ce moment, l’une à la bibliothèque municipale de Chicoutimi et l’autre, rituellement, au Bistro de L’Anse.  Dans le cas de la seconde, c’est la quatrième année consécutive que je m’y commets et ce bistrot reste encore mon lieu préféré pour ce faire.  Aussi, et parce que le contexte cette année s’y prêtait bien et comme cela faisait longtemps que je souhaitais réaliser une archive bien à ma façon d’une de mes expositions (en collaboration avec le vidéaste et ami Yannick Limary), je me suis lancé dans le truc… et j’en suis, humblement, très fier.  Une vidéo d’un petit trois minutes avec pour fond sonore Chums…  Vraiment, il va falloir que je me surpasse pour présenter de meilleure façon mes prochaines expositions.

Encore un gros merci à Mononc’ Serge qui a bien voulu me prêter sa superbe chanson… et même Les Pic-Bois qui font une brève apparition dans mes cadres (…et Julien Bernatchez itou).

 

Une rétrospective

Certes, j’étais fier de 2016, mais 2017 fut, pour moi, humblement, une année charnière.  Parce que j’ai pour habitude de faire passer mon ouvrage avant ma petite personne, j’épargne au lecteur ma vie personnelle.  C’est cependant celle-ci qui explique pourquoi j’ai peut-être moins de matériel que les années précédentes à proposer dans cette rétrospective.

Les mots me manquent… sauf ceux là bien sûr : je-refuse-de-changer-de-rythme.

Qu’à cela ne tienne, ce blog qui devient maintenant un site à part entière fait peau neuve (malgré quelques ajustements inévitables à apporter encore) ; 2018 est peut-être la dernière année que je consacre aussi pleinement que je le faisais à ma vocation avant un certain temps.  À ma façon je me suis mis une date de tombée et j’ai donc la ferme intention d’obtenir davantage en huit mois (à partir de Janvier) que ce que j’ai pu réussir en une année en 2017.  Rien de moins.

Je choisis par conséquent de tout mettre de mon coté pour passer à un niveau supérieur, du moins, qui corresponde pleinement à ce que je visualise, d’ou des changements dans mes plateformes de diffusion Internet (et ce blog/site Internet).

Comme les années précédentes, seul aux commandes, je poursuis ma route.  J’assume.  En la matière de ma pratique artistique je me suis conçu quelque chose taillé sur-mesure, il est donc normal que l’habit ne fasse pas à une équipe entière.  C’est beaucoup sur mes épaules et pourtant, joie, je suis encore vivant.

 

L’indifférence lui coule dans les veines

Fidèle à moi-même et toujours autant de conneries…  Oui, c’est mon treizième anniversaire de vocation aujourd’hui, est-ce que ça se fête ?

Ce n’est pas tant que j’ai l’intention de mettre de coté ma pratique artistique, toutefois, le réel étant plus fort que moi (et toi), des changements par ce que je dois m’y adapter s’imposent ; encore plusieurs longs mois et je vais à nouveau passer à un de ces changements de directions qui jalonnent déjà mon parcours pour m’en aller dans un tout autre domaine que celui artistique… à moins qu’un truc de taille (et artistique, bien sûr)  ne me fasse changer d’idée afin d’y rester, je n’y suis pas fermé.  Enfin bref, j’ai l’intention de mettre ma vocation en hiatus d’ici cet été, mais, en attendant, du pain sur la planche et encore un certain nombre d’ouvrages à fournir ici et ailleurs.

…un petit hommage à Syd Barrett, un de mes artistes phares.

 

…un dernier marché de Noêl quand même.  Celui-ci se tenait dans mon village.

@bientôt.

Où va l’printemps ?

Ces deux dernières semaines, puisque c’est au rythme de deux publications par mois que je me suis astreints, sont passées à une vitesse terrible.  Le printemps est enfin parmi nous, entre autres dessin, écorces, et peintures, me voici de retour dans mon potager.  Enfin, le plus important reste quand même ce que j’ai produit… moins qu’à mon habitude, car ce qui m’accapare à l’extérieur de ma création artistique a été bien prenant je le reconnais.

Bref, pour seul cru, un portrait d’un certain Dom Massi qui sévit dans un duo d’humour que j’apprécie, les Pic-Bois.  J’avais déjà réalisé ceux de deux de ses compères : Maxime et Julien.  Évidemment, insatisfait la première fois, je l’ai recommencé.

 

Faire des barbouillages et des vagues

J’aurai achevé deux commandes ce mois-ci et suis en train de travailler sur une troisième.  Entre temps, j’ai tenté de participer au 23HBD (marathon de 23 heures où l’on est tenu de produire une bande-dessinée de 24 planches), du nouveau dans ma boutique Etsy et  j’ai lancé un concours via la Vague de concours  (c’est jusqu’au 02 Avril et je fais tiré un portrait personnalisé sur écorce).

 

 

 

 

Un congé, des commandes et une fripouille

Un mois de Mars intéressant à vrai dire.  Une commande sur laquelle je travaille et puis une autre qui va suivre tout de suite après.  Tout cela a été précédé d’un bref congé où j’aurais bien sorti quelques nus.

Fidèle à ma résolution de créer des vidéos pour présenter ma production, j’ai du nouveau qui arrive, mais en attendant

Je suis aussi en train de faire une certaine remise à jour de mon recueil, en rendant le contenu présentable dans ma boutique Etsy.  @bientôt.